>>   Ressources   


Traité de commerce et d'amitié entre
le Président de la République Française(1) et le Roi du Dahomey(2)


"Sa Majesté, le Roi de Dahomey, voulant resserrer les liens d'amitié qui unissent depuis des siècles sa nation et la nation française, a conclu le traité qui suit avec l'officier chargé des pleins pouvoirs de M. le Président de la République Française.

"Article premier. - Moyennant les droits et coutumes usités jusqu'à ce jour et stipulés dans l'article ci-après, le Roi de Dahomey assure toute protection et liberté de commerce aux Français qui viendront s'établir dans son royaume ; les Français, de leur côté, se conformeront aux usages établis dans le pays.

"Art. 2. - Tout navire débarquant une cargaison entière payera comme droit d'ancrage, savoir : quarante piastres de cauris blancs, vingt-huit pièces de marchandises, cinq fusils, cinq barils de poudre, soixante gallons d'eau-de-vie.
S'il ne décharge que moitié, il ne paiera que moitié ; s'il ne décharge rien il ne payera rien même en prenant à terre un chargement complet de marchandises du pays.

"Art. 3. - Si une autre nation obtenait, par un traité particulier, une diminution de droits quelconques, le Roi accorderait sur-le-champ les mêmes faveurs aux français.

"Art. 4. - Désirant prouver au Gouvernement Français toute sa bonne volonté pour ouvrir aux négociants étrangers de nouvelles branches de commerce, le Roi promet sa protection toute particulière au trafic de l'huile de palme, des arachides et autres produits des contrées placées sous ses ordres.

"Art. 5. - En cas de naufrage d'un navire français sur les côtes du Dahomey, le Roi fera porter tous les soins possibles au sauvetage des hommes, du navire et de la cargaison ; une indemnité conforme aux usages du pays sera payée aux sauveteurs.

"Art. 7. - Le Roi s'engage a réprimer avec sévérité la fraude de l'huile de palme, laquelle fraude peut porter un préjudice notable à cette industrie naissante.

"Art. 8. - Il ne sera plus permis à des agents subalternes tels que les déciméros (3) d'arrêter la traite de l'huile de palme comme ils l'ont fait parfois sous le moindre prétexte. Le Roi jugera seul si elle doit l'être, ou au moins le Gouverneur ou yovogan de Whydah, et, conformément aux anciens usages, les traitants seront prévenus des motifs de cette défense.

"Art. 10. - Le Roi prend l'engagement de donner toute sa protection aux missionnaires français qui viendraient s'établir dans ses Etats, de leur laisser l'entière liberté de leur culte et de favoriser leurs efforts pour l'instruction de ses sujets.

"Monsieur le Président de la République voulant reconnaître de son côté les bons offices et la protection accordée aux Français par Sa Majesté le Roi de Dahomey, saisira toutes les occasions de lui en prouver sa satisfaction en lui adressant le plus souvent possible des officiers investis de sa confiance.

"Fait double à Abomey le 1er juillet 1851".

 


1. Le Prince-Président Louis Napoléon Bonaparte.
2. Le Roi Guézo.
3. Douaniers chargés de percevoir un droit du dixième sur la valeur des marchandises achetées.
© copyright 1999-2011 | EPA | all rights reserved