Le projet Zoungbotché du JPN

Le projet Zoungbotché

 

 - Consultez  un article sur le projet dans le journal
L'événement Précis

- Consultez le rapport intermédiaire (PDF, 186 ko)

Lieu : Jardin des Plantes et de la Nature-JPN, Porto-Novo, Bénin

Date : 2012-2014

Contexte :
Tradithérapeutes en train de planter, JPN, mars 2013Le projet Zoungbotché (« Ma grande forêt » en langue Fongbe) est un projet de repeuplement du Jardin des Plantes et de la Nature dont une partie de la végétation originelle a été perdue au fil des années.

A l’époque où le JPN était une forêt sacrée, son accès au public était limité et les rares personnes qui y pénétraient étaient très respectueuses du lieu, habité et gardé par les dieux. Avec l’ouverture en 1960 du site au public, des actes de vandalisme et la surexploitation par les populations locales ont engendré la disparition totale ou partielle de certaines espèces végétales. De plus, aujourd’hui, les espèces sont exposées et attaquées par les micro-organismes et les insectes dont principalement les termites.
On compte deux phases d’appauvrissement des collections du Jardin : la première post coloniale (1970 et 1980) et la seconde avant la mise en œuvre du programme de réhabilitation (avant 1998). Les pertes de la biodiversité sont considérables. De 630 espèces végétales en 1905, le JPN en compte aujourd’hui moins de 300.

Objectif :
Repeupler le Jardin des Plantes et de la Nature en y réintroduisant les espèces végétales qui ont disparu. Dans ce lot figurent en bonne partie les plantes médicinales mais également les plantes « coloniales » (espèces végétales essentielles - plantes alimentaires et ornementales - de plusieurs pays et pépinière) et les espèces rares (le Cinnamomum camphora : camphrier, le Copaifera officinalis : copahu).

En 3 années, il s’agit d’accroître, pérenniser et diffuser le rôle de conservateur de la biodiversité des espèces naturelles du JPN.

Universitaires associés au projet Zoungbotché, JPNPlan d’action :
Le présent projet sera mis en œuvre sur une période de 36 mois, soit 3 ans. Mais il est décliné annuellement et les activités seront mises en œuvre les unes après les autres de manière à introduire 110 espèces végétales par an, soit 330 sur les 3 ans.

Résultats attendus :
Sauvegarde
1)    Augmentation de la biodiversité du JPN de 330 espèces.
2)    Création d’une pépinière capable de renouveler les espèces du JPN.
Insertion dans le réseau médical et paramédical de Porto-Novo
3)    Développement de partenariats avec au moins 5 hôpitaux, pharmacies et associations de médecine traditionnelle de Porto-Novo.
Communication avec la population de Porto-Novo
4)    Organisation d’une quinzaine de séances de sensibilisation et d’information au profit des populations.
5)    Création d’un nouveau parcours pédagogique.
Pérennisation du JPN
6)    Augmentation de la fréquentation du JPN d’au moins 3 000 visiteurs par an.
7)    Augmentation des revenus du JPN (droit d’entrée), d’au moins 10 à 15% par an.

Pérennité du projet :
Grâce à l’augmentation des revenus du JPN générés par la mise en œuvre de ce projet (augmentation de la fréquentation, vente de pépinières), le JPN pourra continuer le travail de renouvellement des espèces végétales. Selon l’évolution de la pépinière et de la réintroduction des espèces végétales, une phase 4 pourra être développée pour introduire de nouvelles espèces dans le jardin. L’objectif sera d’autofinancer cette phase à partir des ressources générées par les ventes des différents produits dérivés.

Financement : Fondation EDF (France)